vendredi 28 novembre 2014

OLIVES : PAS DE RECOLTE CETTE ANNEE !


Une année exceptionnellement néfaste pour l’oléiculture


Le château de Potelières ne fait pas exception à la règle générale cette année : une récolte très faible à inexistante, et de piètre qualité : en cause une petite mouche parasite de l’olive (bactrocera oleae) qui a proliféré dans la France entière grâce à des conditions climatiques particulièrement favorables (le vacancier comprendra « très défavorable » L) : été frais et humide suite à un hiver doux et pluvieux.
Afin de limiter les dégâts, nous avons tenté une récolte très précoce en sélectionnant les arbres les moins attaqués, mais l’huile produite n’atteint cependant pas le niveau de qualité que nous recherchons et nous ne la commercialiserons pas. Nous devrons attendre la prochaine récolte en novembre 2015 pour déguster à nouveau notre « or vert » !

ce qu'on aurait aimé récolter...

Pour en savoir plus :

La mouche de l’olive (bactrocera oleae ou dacus oleae) est un parasite spécifique de l’olive : l’adulte pond ses œufs dans le fruit, la larve s’y développe, se transforme en adulte qui s’attaque à d’autres olives, etc. Le cycle, appelé « vol » se reproduit 4 à 5 fois dans une saison selon les conditions climatiques.
La dernière génération attendra patiemment dans les premiers centimètres du sol que le printemps revienne et que les nouvelles olives commencent à grossir pour recommencer leurs attaques.
Les fruits atteints s’oxydent et tombent précocement. Cette année, on estime que 80 à 90 % de la récolte nationale est perdue ! Il faut remonter au grand gel de 1956 pour retrouver un désastre similaire !

Pourquoi autant de mouches ?
la coupable: bactrocera oleae
Depuis quelques années, du fait du réchauffement climatique global, on constate sa présence de plus en plus haut, à la fois en latitude et en altitude. Il y a quelques années seulement, ce parasite ne se rencontrait quasiment jamais à Potelières.
Ensuite l’hiver 2013 / 2014 a été particulièrement doux, et n’a pas causé de mortalité dans les populations au stade hivernal.
Enfin,  la saison d’été globalement fraîche et humide a constitué un terrain de développement particulièrement favorable : la mouche craint les conditions appréciées des vacanciers : la chaleur et la sécheresse.

Comment lutter ?
2 outils sont à disposition des oléiculteurs bio :
Un insecticide bio (synéis appat), ou une méthode de barrière, avec de l’argile blanche (la mouche ne « trouve » plus les olives pour pondre).
Dans les 2 cas les produits ne pénètrent pas dans le végétal, et sont lessivés par les pluies : cette année leur efficacité s’est avérée très faible.


Espérons que l’hiver prochain soit rude et suivi d’un été chaud ! 



jeudi 27 novembre 2014

Noel au château de Potelieres


VACANCES DE NOEL AU COIN DES CHEMINEES DU CHATEAU


Le château ouvrira pour les vacances de Noël, du 19 décembre au 4 janvier 2015.


Au château de Potelières, l’hiver est une expérience différente : canoés et maillots de bain sont rangés jusqu’à l’été prochain au profit des randonnées dans la nature environnante, et les soirées au coin des cheminées ont remplacé les terrasses des guinguettes.
C’est le temps des moments partagés autour d’un jeu de société ou du billard, idéal à vivre en famille ou entre amis.

Nous proposons de nous retrouver chaque soir autour d’une table d’hôtes, à l’exception des soirées du 24 et du 31, et restons à votre écoute pour toute demande particulière. Notre cuisine est toujours constituée de plats simples et familiaux, majoritairement élaborés à partir de produits locaux et de saison.

La bibliothèque 



La salle à manger

jeudi 28 août 2014

DES BALLONS POUR LE PETIT DEJEUNER 


En été, l’heure du petit déjeuner, c’est aussi l’heure à laquelle  les montgolfières volent autour du château de Potelières.





Pour découvrir les environs du château de Potelières en ballon :
Les Montgolfières du sud  04 66 37 28 02

dimanche 6 juillet 2014

Concert de jeunes talents à l’orangerie du château


 C’est un rendez-vous désormais  traditionnel à l’orangerie du château de Potelières : un  concert du festival des cordes sensibles.



De jeunes musiciens professionnels de toutes nationalités (allemand, Russe, argentin, espagnol, français) se sont produits cette année à l’issue  de la masterclass d’Ulrich Messtahler à laquelle ils participaient.















 Les concerts à l’orangerie du château de Potelières se caractérisent par une qualité artistique de haut niveau que l’on vient voir de façon décontractée ; on aime y savourer la musique assis sur la pelouse, le nez dans les étoiles.





Généralement complet (pour les places à l’intérieur, mais pour les places « gazon », il reste toujours de la place !) le concert des cordes sensibles fait cette année exception à la règle : alerte météo et match de coupe du monde de foot ont  eu raison des idées de sortie de nombreuses personnes.






Dommage pour les absents, le spectacle était juste excellent, l’attention du public palpable, les sourires éblouissants aussi bien sur scène que dans le public.



Comme pour chaque concert du festival des cordes sensibles, la soirée s’est prolongée autour d’un verre sous les étoiles, afin de permettre au public de poursuivre l’échange avec les artistes.


vendredi 27 juin 2014

L’été est arrivé au château de Potelières …



video

L’été est arrivé au château de Potelières, et les températures grimpent. Dans le parc la musique  de l’eau  qui court dans les bassins suffit à rafraîchir l’atmosphère. 

mercredi 25 juin 2014

Les salons du château font peau neuve !



Depuis 15 ans que nous restaurons le château de Potelières, deux pièces du rez de chaussée n’avaient toujours pas été rénovées : celle que nous appelions le salon de télé (parce qu’il y avait la télé J), et le billard (parce qu’il y avait le billard J).

Le billard, à l’est, était tendu de tissus aux rayures défraîchies, et les peintures du salon télé à l’ouest, appelaient une réfection totale ; en bref, il était temps d’agir.

La partie gros œuvre (décroutage, replâtrage, réfection des réseaux électriques, etc.) a été confiée à l’entreprise JF maçonnerie, et la partie peinture déco à Denis Richard et Emmanuelle Koechlin qui avaient déjà réalisé il y a deux ans 3 pièces du rez de chaussée.


 
Dans le plus strict respect des matériaux et techniques de décoration du XVIIIème siècle –faux bois, pochoirs- ces deux salons ont retrouvé une lumière depuis longtemps oubliée.


La salle télé et devenue le salon de musique ; on y trouve le piano, que d’autres instruments viendront bientôt rejoindre,  mais c’est plus largement un salon où l’on trouvera également des jeux de société pour se divertir en famille ou entre amis.


La salle de billard conserve sa fonction, c’est un lieu où l’on apprécie de se retrouver autour de la table, dans une tranquillité à peine troublée par le petit « tac » caractéristique des billes qui s’entrechoquent, avant de monter dans sa chambre rejoindre Morphée.

mardi 24 juin 2014

Le parc 

du château de Potelières s'embellit !


Nous avons mis à profit la dernière période hivernale pour peaufiner les aménagements dans le parc du château autour de l’orangerie :


D’abord l’orangerie elle-même a reçu un plancher bois façon terrasse extérieure, qui lui confère désormais un cachet chaleureux et soigné. Il est réalisé en douglas non traité, environnement oblige ! J Par conséquent, le petit bassin intérieur a lui aussi subi un « relookage », qui lui donne un aspect plus contemporain. 


Le mur de soutien de la pelouse au-dessus de l’orangerie, a demi effondré et rongé par une végétation de ronces et de lianes  a été entièrement rebâti, ce qui met en valeur  les lignes des différents niveaux du jardin historique.
Nous avons mis à profit ce chantier pour végétaliser la partie supérieur de ce mur, de sorte à faire un léger écran pour la piscine ; nous avions certes auparavant un sentiment de grands espaces, mais nous trouvions que ce coin manquait un peu d’intimité.


Dans cette même logique nous avons complété des plantations aux abords de la piscine et créé une petite terrasse bois qui accueillera soit un salon de jardin, soit un petit groupe de musiciens pour une réception à l’orangerie.


La roseraie qui borde la piscine de l’autre côté a également reçu un nouveau plancher : le précédent était en si mauvais état qu’il fallait regarder où l’on posait les pieds, en ignorant les roses au-dessus de nos têtes !

La période idéale à mon sens pour profiter de ce secteur du parc est le mois de mai pour profiter de la floraison et du parfum des roses anciennes, associé aux dégradés de vert des autres végétaux. Si l’on privilégie par contre les plaisirs de la piscine et du bronzage, c’est à partir de début juin qu’il faudra en profiter.